jeudi 7 février 2008

Commentaire de l'auteur, extrait du tome N°01, régner en enfer,


Bonjour à tous, un petit extrait commenté.




(photo, couverture Tome 1, régner en enfer)




Il s'agit de Fresk25 V1, tome 01 - régner en enfer - , page 12:

"Ils fascinent les conflits.
Eux l'attirent comme un aimant,
l'apocalypse est un sucre martien".


Fresk25 est un récit de guerre. Un récit guerrier. Une épopée. Non pas une épopée d'intrigues et de conflit, mais une épopée intérieure, personnelle, muette en ce sens. L'opus N°1, - Régner en enfer - introduit ce combat contre le Diable, l'ennemi le plus perfide et cruel que l'imaginaire ait pu enfanter. Quoi de plus glorieux et orgueilleux que de vouloir descendre dans les enfers, à la manière d'une descente au centre de la Terre d'un Jules Verne, pour y trouver et affronter le Diable en personne, afin, enfin, de régner, seul, en Enfer ?

Ils fascinent les conflits. Ils, c'est vous, vous qui attirez les conflits, mieux, les fascinez. Vous êtes au coeur de l'oeuvre. Quant aux conflits, ils vous attirent comme un aimant, c'est une drogue, c'est un sucre et l'ivresse du pouvoir. Puis vient une phrase étrange - l'apocalypse est un sucre martien - . L'apocalypse est l'une des représentations premières de la fin des temps. Un sucre, car elle est douce et ennivrante. Martien car elle n'est pas humaine, elle appartient aux machines - voir l'opus N°3 de la fresque, les Machines.

On entre dans la fresque comme on n'entre jamais en religion, avec fracas, avec emphase. Fresk25 est un sucre martien.

A tout de suite.

acheter Régner en enfer online

2 commentaires:

Wenes a dit…

Je cite "Une épopée intérieure". Deux questions à l'auteur :
1.Avez vous vécu cette épopée interieure?
2.Maitrisez vous parfaitement l'oeuvre dans sa globalité, ou y a t il des choses qui vous échappent encore?
Merci

Sukoï a dit…

Bonjour Wenes,
quand je parle d'épopée intérieure, cela signifie simplement que les combats des imaginaires, les règnes en enfer dont Fresk25 sont l'objet visent l'individu. Fresk25 ne raconte pas d'histoire au sens propre, il vise à stimuler les sens et l'imaginaire du lecteur, sans médiation. Fresk25 n'est en rien autobiographique, considérez-le comme un protocole.
Je maîtrise la conception de Fresk25 dans sa totalité, mais comme tout texte il peut être lu sous plusieurs angles, et devient ce qu'il est dans le miroir du lecteur. Cependant Fresk25 est conçu pour n'avoir qu'une seule finalité, sans équivoque. Tout converge, en d'autres termes.